Que deviendront nos réserves d’eaux souterraines avec les changements climatiques? Le cas du Geer

geerSi bien des conséquences potentielles du réchauffement climatique ont déjà été étudiées, peu de recherches ont jusqu’ici concerné les eaux souterraines. Ingénieur civil géologue, Pascal Goderniaux publie, dans le Journal of Hydrology, une méthodologie pour l’estimation des impacts du changement climatique sur les réserves d’eaux souterraines. L’application qu’il propose concerne la Hesbaye ou le bassin du Geer. 

Extraits de l'étude 

En un mot comme en cent, "en fonction des scénarios climatiques utilisés et si rien ne change, le niveau des eaux souterraines du bassin du Geer va sensiblement baisser au cours du siècle», souligne le chercheur de l’ULg. Ce qui signifie que la quantité d’eau disponible pour les pompages sera moins importante, et que certains puits de faible profondeur pourraient s’assécher"

 

En Wallonie, 80% de l’eau de distribution sont d’origine souterraine. A Liège, la plus grande part de l’eau potable consommée vient de la nappe aquifère de Hesbaye, où 30 millions de mètres cube d’eau sont extraits chaque année grâce à un important réseau de galeries et de puits!

 

Lire la suite

 

 

Les commentaires sont fermés.